Faire plaisir aux enfants sans tomber dans la surconsommation de Noël

Dans deux mois, c’est Noël. Les grandes enseignes sont en train de lancer leurs campagnes de Noël.  Pour celles qui vendent de jouets, le moment est crucial et ils vont mettre en place tous leurs moyens pour atteindre leur cible. Certains le font sans scrupules quant au message véhiculé tant que celui-ci génère des ventes.

Vous avez décidé de dire « oui » à faire plaisir aux enfants, et « non » à la surconsommation de Noël? Voici quelques conseils.

Pour commencer, et si on évitait que les enfants regardent les catalogues des jouets et d’autres publicités pour que  les marques ne décident pas à leur place? Au passage, on éviterait de les exposer à une vision réductionniste du jeu telle que « jouets pour fille » et « jouets pour garçon ». Vous pouvez toujours  les feuilleter en cachette pour prendre des idées.

Tout comme les entreprises, faites un bilan. Rappelez-vous des cadeaux de l’année dernière et identifiez les échecs et les réussites. Qu’est-ce qu’il a ressenti au moment d’ouvrir le paquet? Est-ce qu’il a joué pendant l’année? Où on le garde maintenant?

C’est aussi le moment idéal pour trier les jouets : vous gagnerez de la place et aurez des pistes. Il manquerait quelque chose? On trouve des doublons?  Des pièces de jouets différents mélangées? Peut-on améliorer le système de rangement?

Une autre option pour éviter l’encombrement et faire plaisir : les cadeaux expérience comme des entrées pour un spectacle, pour un parc à thème, etc.

 

Les « aimants à désordre »

Certains endroits de ta maison pourraient être des « aimants à désordre ». Saurais-tu les reconnaître ?

*

Ils sons susceptibles d’apparaître dans toutes les pièces de la maison.

Ils peuvent être des tiroirs ou des surfaces, souvent, ils n’ont pas une fonction très claire, du coup, lorsque nous ne savons pas où mettre un objet, ou alors, lorsque nous n’avons pas envie de  le ranger, il est attiré par  « l’aimant à désordre » le plus proche. Plus ce dernier devient grand, moins nous avons envie de le ranger et plus il attire les objets divers.

Les « aimants à désordre » ne nous rendent pas heureux. Il ne correspond à aucune fonction concrète, nous ne pouvons pas les associer à aucune idée positive telle qu’un objectif, un souvenir, un plaisir, etc. Au contraire, ils déclenchent des pensés négatives et  ils peuvent nous faire sentir fatigués, débordés ou insatisfaits.

Quoi faire ?

Une seule solution : s’en débarrasser. Jeter ce qui est à jeter, ranger ce qui est à ranger. Ou, autrement dit, libérer les objets attrapés par « l’aimant à désordre ».

Nous pouvons nous étonner du temps qu’il faut pour ranger un petit volume d’objets lorsqu’ils sont de nature très diverse. Exemple : un stylo, un élastique, une lime à onglets,  un paquet de mouchoirs, une pièce de monnaie, un bouton, plusieurs pièces de jeux différents, un petit cahier, une punaise, un bracelet casé… En avons-nous besoin de tous ?

Après avoir libéré les objets, nous pouvons dans certains cas nous débarrasser de « l’aimant à désordre » ou alors trouver la fonction qui lui correspond  et rester vigilants.

*Le monstre sans visage, « Le voyage de Chihiro », Hayao Miyazaki, 2001.

Ceci n’est qu’une cuillère en plastique

Nous vivons dans un monde où souvent on utilise des cuillères en plastique qui viennent de l’autre bout du monde. Pour cela, il faut un voyage, des ressources de la nature et le travail d’autres personnes. Nous l’utilisons une seule fois et nous la jetons après. Pourquoi ne pas utiliser une cuillère en métal que l’on peut laver et réutiliser?

Cette malheureuse cuillère en plastique ne nous rendra pas heureux!

Cuillère_en_plastique

Nous n’éprouverons pas un plaisir particulier à utiliser cette cuillère. Au contraire, nous sentirons une certaine gène quand nous n’en aurons plus besoin.

Nous n’avons pas choisi d’agir comme cela, c’est un mode de vie qui n’a pas été consciemment choisi par nous.

Cependant, ce n’est pas une malédiction, nous pouvons choisir de prendre conscience de ce qui nous possédons et utilisons ainsi que des conséquences pour nous mêmes et pour les autres.

Et de plus, cette prise de conscience peut nous rendre heureux et nous apprendre à mieux nous connaitre!

Cela, c’est du minimalisme, mais le minimalisme n’est  pas que cela.